Notre cododo à nous

C’est sans doute une des questions qui revient le plus pendant la grossesse, quelques mois avant la naissance de bébé : cododo ou pas cododo ? Cododo, assurément ! Mais comment le pratiquer ?

Aujourd’hui il n’y a plus de secret sur le bien fondé du cododo et j’irai même jusqu’à dire : sa nécessité. Au delà de la praticité de dormir proche de son bébé les premiers mois pour éviter les réveils trop difficiles toutes les 2h la nuit, c’est avant tout une question de sécurité pour son bébé (j’ai toujours craint la mort subite du nourrisson et la nuit, certains bébés oublient de respirer. Être dans la même pièce que son bébé lui permet de se caler, inconsciemment, sur votre respiration. Ainsi, il n’oublie pas de récupérer et expulser son air.
Votre bébé a passé 9 mois avec vous, j’ai du mal à concevoir qu’un si petit être propulsé dans ce grand monde se retrouve seul la nuit, loin de ses parents…
Bref, l’OMS recommande le cododo jusqu’à 6 mois et ce fut pour moi une évidence.

Pour ma part, j’ai décidé de faire dormir Côme avec nous.
(Et ceci est (à priori) déconseillé 🙂 )

Là aussi, ce choix a été une évidence pour moi. Bien évidemment, il était nécessaire que Johann soit sur la même longueur d’onde pour qu’on puisse le pratiquer.
Après de nombreuses recherches et surtout suivant les expériences de mon entourage ( et de ma copine Cécile en particulier ), j’ai réalisé que l’investissement dans un lit cododo serait probablement un achat rationnel mais qui en vrai, s’avérerait inutile.

En gros, en allaitant de surcroît, je savais pertinemment que la plupart des nuits, Côme finirait avec nous dans le lit pour éviter de le mettre/remettre à chaque fois dans son lit même si celui ci était collé au nôtre.
J’imaginais qu’en allaitant allongée, il se rendormirait et que je ne prendrais pas le risque de le rendormir (oui, le sommeil est bien trop précieux à ce moment là).

Mais voilà que la question principale ne quittait pas mon esprit : et si je l’écrasais ? J’avais vite été rassurée, il semblerait que la femme allaitante grâce aux hormones ne peut pas écraser son bébé. Est-ce que ça a été scientifiquement prouvé ? Je n’en sais rien. A la maternité, on vous l’interdit (de dormir avec votre bébé) car il paraît que ça arrive. (A la maternité, Côme n’a jamais supporté son bac plastique. Il dormait sous mon t shirt avec la tête sortie par l’encolure du t-shirt). J’ai vite réalisé qu’on a une sorte de détecteur de mouvement et une vigilance permanente dès que bébé dort avec nous.

Je me souviens encore de la puéricultrice qui m’avait demandé « vous avez acheté un lit cododo ? » chose à quoi j’avais répondu que non, il dormirait dans le lit conjugal. Elle avait été surprise, sceptique, et m’avait dit de faire attention. Je lui ai expliqué mon choix en lui disant « et puis dans la pratique, vous avez un lit cododo mais en vrai ils finissent toujours dans votre lit, non ? ». Je revois encore son sourire « c’est vrai qu’en y réfléchissant, mes 3 ont eu leur lit cododo, les 3 ont finis dans notre lit… Vous avez raison! »

En revanche, il y a clairement des règles de sécurité à respecter car si vos hormones vous empêchent d’écraser votre bébé, ce n’est pas si évident pour le papa pendant son sommeil. Et ça peut rapidement s’avérer dangereux.

  • Ayez un grand lit ! Nous avons choisi de passer sur un modèle de 160×200 (le king size ne serait jamais passé dans la chambre) mais clairement, moins n’était pas envisageable.
  • J’ai dormi des années avec un surmatelas parce que j’adorais le côté moelleux-je-menfonce-tellement tout douillet (et parce que notre propre matelas seul n’était pas de qualité. J’ai vite compris que le côté « mou » n’était clairement pas compatible avec un nouveau né (si d’aventure il se retrouve à plat ventre, nez contre matelas, il faut que le bébé puisse se dégager. Si sa tête s’enfonce dans quelque chose de mou, c’est plus compliqué). Nous avons donc eu la chance de pouvoir essayer le matelas classic de la marque Evesleep et ce fut une révélation ! La fermeté allié à la douceur, un maintient et un confort au niveau des points d’appui, c’est la première fois que je vois la différence au sujet d’un matelas… Et 0 stress également en ce qui concerne le sommeil de Côme et le risque ou non que son petit nez s’enfonce : le matelas est assez ferme pour soutenir son petit poids.
  • Oubliez les oreillers ! Si vous dormez avec votre enfant, oubliez les oreillers pour le risque d’étouffement. Pour ma part, je les ai réintégré il y a peu et il s’agit des oreillers mémoire de forme Evesleep également (donc moins le côté trop moelleux qui peut être dangereux pour les bébés).
  • Oubliez la couette également… Vous pourriez dans la nuit avoir le réflexe inconscient de la remonter sur vous pour vous couvrir. Pour ma part, je couvrais uniquement mes pieds avec le bout de couette et une couverture tricotée par maman.
  • Non négligeable évidemment : la barrière bébé pour éviter à votre enfant de tomber, tout simplement. Elle se mettra de votre côté, et bébé sera entre cette barrière et vous. De mon côté, je positionne le coussin d’allaitement le long de cette barrière pour éviter les petits « creux ».
  • Si cododo il y a, alors pas de fumeurs avec bébé, ni de personne ayant consommé de l’alcool. Cela peut être dangereux.

Le plus « contraignant » fut au début parce qu’on a un peu peur, parce que c’est pas hyper confort mais on s’y habitue rapidement et surtout, j’ai vu mon fils dormir sereinement dès les premiers jours !
A presque 7 mois Côme fait ses propres nuits : entre 2 et 3 réveils par nuit. En revanche, allaitement + cododo dans le lit pour nous = un bébé qui s’est toujours « réveillé » toutes les 3 heures pour têter mais en fait, il ne se réveille jamais. Il s’agite en cherchant le sein, les yeux toujours fermés. Je lui mets le sein en bouche, et on se rendort ensemble… Je pense que c’est ce qui m’a permis de n’être jamais vraiment trop fatiguée, du moins pas comme j’aurai pu l’être. Je n’ai jamais mal vécu ces « réveils » car ils ne durent pas longtemps (parfois le matin je ne me rappelle plus combien de fois Côme s’est réveillé).
En fait, j’adore dormir avec mon fils et mon homme. J’adore nos réveils le matin. Nos rituels. Ses sourires quand on ouvre tous les yeux.
Papa prend aussi sa place pour endormir Côme, pour lui changer la couche la nuit (les premiers mois).

Si c’était à refaire, je le referai encore et encore. C’est une des meilleures décisions que j’ai prise.

Vous m’aviez posé des questions en stories quand je vous avais dit que j’aborderai la question, alors voici mes réponses :


  • Pas de crainte de la mort subite du nourrisson (couverture, oreiller,…)
    • Attention, le mort subite du nourrisson est, comme son nom l’indique, la mort soudaine d’un bébé alors qu’il est en bonne santé. Ce n’est pas lié à un accident domestique (couverture, oreiller, etc..). C’est justement car je craignais cette mort subite du nourrisson que nous avons décidé de faire dormir Côme dans notre chambre (avec nous).
  • Comment se passe l’endormissement en faisant du cododo ?
    • Tellement plus simple : nous n’avons pas à déplacer Côme une fois qu’il s’est endormi et ça a été un grand soulagement. Les premières semaines, Côme s’endormait dans nos bras. Dès qu’on le posait dans un lit, il se réveillait… Et puis, progressivement, il s’endormait au sein. Le fait de pouvoir m’allonger à côté de lui, de l’allaiter pour qu’il s’endorme et de me dégager ensuite sans avoir à le soulever pour le mettre dans son petit lit nous a sauvé bien des soirées !
  • Comment s’organiser pour pas lui rouler dessus ?
    • Je pense qu’on a quelque chose en nous qui nous empêche de les écraser, un instinct inconscient. Par contre, le papa ne l’a pas. Il ne faut donc pas faire dormir votre bébé au milieu par exemple.
  • Comment on fait une fois que bébé bouge/se déplace vers 6 mois ?
    • Pour l’instant, je n’y suis pas. En tout cas, il ne se déplace pas. Il s’endort au sein avec moi et une fois qu’il dort, il dort…
  • Tu arrives à « bien » dormir ?
    • Mieux que s’il n’avait pas dormi avec nous je pense. Mon sommeil arrive à être profond et le fait d’être en proximité avec Côme a fait qu’il ne s’est jamais réveillé (sauf lorsque douleurs aux dents par exemple, ou cas exceptionnels). Il tétait instinctivement quand il avait faim.
  • Comment endormez-vous Côme ?
    • Les premières semaines, il ne s’endormait qu’en étant bércé dans les bras. Progressivement, son père n’a plus pu l’endormir puisqu’il ne voulait s’endormir qu’au sein pour sa sieste (qui dure entre 3 et 4h) et son coucher (à 19h depuis la reprise du travail et ses journées nounou). Nous nous allongeons ensemble dans le lit, et notre moment hors du temps arrive : il tête, puis s’endort. Parfois, il lutte mais il a assez tété. Dans ce cas, je lui dis bonne nuit et m’en vais en installant le babyphone. Généralement, il s’endort dans les 5 minutes qui suivent…
  • Le bruit de bébé ne vous gêne pas ?
    • Non, il n’a jamais fait de bruit… Par contre, on se demande si nous, nous ne le gênons pas à présent. On se demande donc si pour son sommeil à lui, ce ne serait pas mieux qu’il ait son lit maintenant 🙂
  • Que pense papa du cododo ?
    • J’ai un amoureux très à l’écoute, et ouvert d’esprit. Il pensait que ça durerait peu de temps et finalement il en est content et il voit comme ça nous a aidé à bien dormir, et ça a rassuré notre fils. Après presque 7 mois, on commence à se dire que ce serait sans doute mieux pour lui d’avoir son propre lit. Pour moi, ce sera compliqué mais on essaiera progressivement pour les siestes dans son lit une place, matelas au sol.
  • L’automne arrive, les couettes aussi… Comment gérer ?
    • On se couvre pour ne pas avoir à mettre de couettes sur nous… C’était comme ça pour nous les premières semaines.
  • Allez-vous au lit tous en même temps ?
    • Non ! J’endors simplement Côme qui reste dormir dans le lit pendant que nous sommes au RDC dans le salon 🙂 Je remonte s’il a besoin de têter, et ensuite nous retrouvons notre lit quand on se couche, avec lui 🙂 – Il sent mon lait dans ces cas là, et il tête systématiquement quand je me couche.
  • Comment gérer l’intimité dans le couple ?
    • C’est THE question. Et je dois avouer que je n’ai pas de réponse clé et que surtout, c’est propre à chacun. Disons que certaines choses changent, et on se dit que ce sera temporaire. On s’arrange. On innove. Mais clairement, ce n’est pas la même chose et c’est pour cette raison que je pense que le papa doit impérativement être sur la même longueur d’onde pour pouvoir mettre ça en place!

J’espère que cet article vous aura apporter quelques informations, des réponses sur ce sanctuaire du sommeil que nous nous sommes construits. Cette expérience est formidable, et je crois qu’elle fut pour nous une manière d’être le moins fatigué possible. Mais surtout, je crois que chacun doit trouver ce qui lui convient.

Je rappelle également que le cododo dans le même lit est déconseillé. Le pratiquer a été notre décision, et il ne faut pas oublier que les régles de sécurité sont à respecter. Ensuite, tout se met en place naturellement…

Bonne nuit !

Et si vous laissiez un commentaire ?