Notre premier été en famille

Juillet et août, on a essayé d’en profiter comme jamais.
Ca avait même commencé en juin, d’ailleurs. On a voyagé, au début tous les deux, parce que papa travaillait et que ça faisait déjà bien trop longtemps que je n’avais pas pu profiter de mon congés maternité (entre l’alitement avant, et puis le juste après).

Je ne me suis jamais posée la question de savoir si voyage avec un bébé d’à peine 3 mois, solo, serait compliqué. J’avais juste envie d’être avec lui, et qu’on prenne l’air. Au final, je n’avais besoin que de lui et lui que de moi. Et j’avais surtout envie de me faire confiance.

Côme a toujours été un bébé très calme et très facile, je pense que ça a aidé dans la décision de prendre le train solo pendant de longues heures (et bien chargée).

En juin, je suis donc aller rendre visite à ma mamie bigoudi. Normalement, j’avais prévu d’y aller en février mais lorsque je lui avais annoncé que j’étais alitée et que je ne pouvais pas venir, elle avait pleuré de déception. Alors c’était mon « summer goal », aller passer du temps avec elle à Aix et qu’elle profite de Côme.

Le voyage en train avait été plus facile que ce que je pensais, même si quelques angoisses. Pour un bébé, en payant quelques euros on peut avoir un siège pour lui, et ça c’est plutôt pratique : je pouvais donc caler la nacelle ici et l’y allonger pour dormir. En vrai, la clim n’était pas loin et il voulait principalement être sur moi donc… Mais quand même, pas d’angoisse d’avoir quelqu’un à côté de moi qui pourrait se plaindre de bébé. Et un voyage en 1ère aussi, pour être PLEINEMENT à l’aise 🙂

En prime, j’avais pris un siège auto d’appoint, j’avoue que j’étais vraiment bien chargé (et je ne me suis pas faite avoir le voyage d’après, je n’ai tout simplement pas pris de poussette) mais pas le choix pour faire les trajets voiture à l’arrivée à Aix en provence.

Une fois arrivée, j’avais été prise d’une angoisse énorme de ne pas pouvoir gérer mon bébé 24/24 7/7j … Jusque là, Johann avait été tellement présent et occupait son rôle de papa à merveille. Sans lui, j’ai littéralement perdue. Rapidement, j’ai retrouvé ma confiance en moi, et j’ai géré. Comme il se devait 🙂 Même si la fatigue était un peu plus présente car au final, ce n’est clairement pas évident de ne pouvoir se reposer sur personne avec un nouveau-né.

Quelque semaines plus tard, j’ai remis ça en allant passer quelques jours chez ma copine Ninon aka Disouininon avec Mona, Quentin & Léon et j’ai passé quelques jours hors du temps. On s’est occupé de nos bébés ensemble, on a ri, on a mangé, on a ri encore, et encore, et encore… Partir m’avait laissé un gros vide au coeur, et je n’ai qu’une hâte : qu’on y retourne tous ensemble avec Johann. Bientôt !


Heureusement, on a pu se retrouver une journée à Clermont Ferrand pour une journée, encore une fois, hors du temps. A chaque fois qu’on est ensemble, je me sens juste parfaitement à ma place et en équilibre.

Et enfin, les « vraies » vacances. Celles qui sonnaient aussi l’arrivée imminente de la reprise du travail. Ca a été un véritable périple, mais c’était chouette.

Avant la naissance de Côme, on s’était demandé ce qu’on allait faire, ce qu’on allait prévoir, etc. Ma mère m’avait dit qu’avec un tout petit bébé (Côme était initialement prévu pour début mai, il aurait eu 2 mois et quelques), je devrais plutôt imaginer quelque chose « au calme » où je pourrais aussi avoir du relai pour en profiter sereinement. Alors on s’est dit que c’était une super occasion pour partir en famille, tous ensemble. Mes parents, mes soeurs, mon neveu et ma nièce, Johann et Côme. Et les chiens !

Louer une villa sur la côte d’Azur comme on en avait l’habitude il y a une dizaine d’années, et savourer notre farniente. Coup de bol, on a pu louer la maison qu’on avait déjà loué il y a 10 ans. On l’a retrouvée, vieillie, mal entretenue mais elle avait toujours sa vue inégalable et on a su en faire un petit cocon d’été comme il fallait.

Le trajet a été plus difficile que prévu puisqu’on avait décidé de faire la route en voiture pour avoir de quoi se déplacer une fois dans le sud, et surtout je n’avais de mon côté pas le choix pour amener les chiens et Côme.

On est donc parti à 2 voitures, ma mère mon père et ma nièce dans l’une, et Côme, mon neveu et les chiens et moi dans l’autre.

Mes soeurs et Johann devaient nous rejoindre une semaine plus tard. On a donc fait le chemin en 2 jours, multi arrêts pour Côme et mon papa, en passant par chez ma grand mère. Bon, trajet épuisant, et mon père a fini à l’hôpital une semaine pour une infection pulmonaire mais heureusement tout est vite rentré dans l’ordre. Mais concrètement… Plus jamais !

Et j’ai même pu rencontrer @BertillePics le temps d’une après midi… <3

J’ai aussi écrit cet article pour vous parler de mes incontournables de l’été. Ok, on est en octobre, mais concrètement il y a des choses qui sont intemporelles !

  • La crème solaire : ce fut un long débat de mon côté, quelle crème choisir pour Côme ? Eh bien, avant 6 mois voire 12 mois, on ne met pas de crème solaire à un bébé. Parce qu’il doit être protégé du soleil et il est nécessaire de se souvenir que ce n’est pas parce qu’ils ont de la crème qu’on peut plus facilement les laisser se dorer la pilule. Je craignais les rayons UV à l’ombre, ce à quoi mon médecin m’a répondu qu’un peu de vitamine D ne faisait pas de mal… Du coup, on a fait super gaffe à ne pas l’exposer, et tout s’est bien passé.
    De mon côté, j’ai opté pour une crème vegan & cruelty free Nothing to hide
  • Le maillot de bain : cette année, trop tôt pour faire tester le maillot à Côme (snif, snif) mais depuis septembre on s’est mis aux bébés nageurs et je me suis longuement posée la question de la couche jetable ou couche lavable. Rapidement, dans un souci écologique mais aussi d’économie, j’ai opté pour les lavables achetées chez Nova Mom (ainsi que le petit bonnet de bain car pour une raison qui m’est encore complètement obscure, les bébés doivent porter un bonnet à la piscine municipale).
  • Un incontournable plus que nécessaire, celui qui remplace le lourd lourd lourd lit parapluie qu’on avait l’habitude de se trimballer aux repas de famille ou en week-end, j’ai nommé : le lit de voyage d’Aeromoov. A chaque fois qu’on me voit le déplier façon tente 2 secondes (et le replier tout aussi rapidement), les gens sont hallucinés par sa praticité (et on débarque à un dîner en le portant à l’épaule donc hyper facile à transporter). J’en suis fan, il ne prend aucune place dans le coffre et en plus Côme dort super bien dedans. Il a également fait office de petit parc en dehors des siestes pour qu’il puisse jouer de façon sécuisé par exemple autour de la piscine. Il y a deux niveaux pour les nouveaux-nés et les plus grands. Bref, je ne peux que vous conseiller ce modèle Aeromoov. Et je sais que j’ai déja convaincu quelques copines qui l’ont acheté.
    De la même marque je vous avais également parlé du Air Layer qu’on met soit dans le siège auto, soit dans la poussette et qui fait office d’anti transpirant. Je dois avouer qu’après tout un été d’utilisation, je ne suis convaincue qu’à moitié. J’aurai aimé qu’il soit anti transpirant à 100%, mais de notre côté ça n’a pas été le cas. Clairement, il a permis à Côme de moins transpirer, on voyait la différence quand il le mettait, et quand il ne le mettait pas. Mais elle n’était pas flagrante. De plus, ça tombait assez mal avec les sangles de sécurité qui du coup glissaient sur les épaules de Côme.
  • D’ailleurs, on a investi dans un fixe bretelle de siège auto pour éviter qu’elles ne glissent ou même à terme, qu’il puisse les retirer. On est ravi !
  • Les pare soleil, j’ai acheté ceux qui ont une adhésion sans ventouse, qui se place et se replace sans laisser de marque. Qu’on met en 2 secondes top chrono, vraiment je n’y vois aucun point négatif.
  • Nouvel investissement de notre côté suite à l’achat de notre voiture à grand coffre : la cage de transport double pour les poilus. Et franchement ben… C’est inévitable si vous ne voulez pas vous retrouver avec deux chiens sur un bébé et des poils partout (surtout, des poils partout). J’ai eu la mienne en promo ici. C’est pas la caisse de transport la plus solide du monde, mais elle fait clairement l’affaire pour voyager en sécurité 🙂

Et pour vous souvenir de vos vacances, je recommande de toute évidence les sublimes livres photos Rosemood à faire imprimer avec vos plus belles photos. Comme d’habitude, la qualité est dingue.

Prochain article : le cododo !
Je vous prépare ça avec amour et je réponds vite à vos questions.

Et si vous laissiez un commentaire ?